Pages

mardi 1 mars 2016

Pologne, fait-il bon y travailler?

De l'emploi en Pologne? Il y en a, mais de mauvaise qualité. Tant en matière de salaires, d'insécurité de l'emploi ou encore de qualité de l'environnement de travail, la Pologne se retrouve en queue de peloton des pays de l'OCDE.  Si la Pologne veut lutter contre l'exode de ses travailleurs, il lui faudra améliorer la qualité de l'emploi. Au risque de nuire à la quantité?

La qualité de l'emploi en Pologne est mauvaise. C'est ce que révèle dans un rapport de l'OCDE paru ce mois de février 2016 qui examine la qualité de l'emploi dans ses 34 pays membres . La Pologne se retrouve parmi les pays où la qualité de l'emploi est la moins bonne, au côté de l'Espagne, l'Estonie, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, le Portugal, la Slovaquie et la Turquie. Tandis qu'en tête de classement se retrouve l'Allemagne voisine, aux côtés de l'Australie, l'Autriche, le Danemark, la Finlande, le Luxembourg, la Norvège et la Suisse. La Belgique et la France se situant plutôt dans le milieu de classement.

Trois dimensions ont été analysées pour jauger le niveau de qualité de l'emploi: la qualité des revenus, la sécurité d'emploi et l'environnement de travail. Chacune de ces dimensions regroupe plusieurs indicateurs sur base desquels les pays peuvent être comparés. La Pologne occupe la
  • 29 ème  place sur 33 pays évalués en matière de qualité de revenus (contributions de l'emploi aux conditions de vie matérielles),
  • 28 ème  sur 34 en matière de sécurité d'emploi sur le marché du travail, avec un niveau d'insécurité toutefois nettement plus faible que celui de la Grèce et de l'Espagne, 
  • 16 ème  sur 21 (uniquement les pays de l'UE) en matière de qualité de l'environnement de travail mesurée en terme de tension entre le travail demandé et les ressources mises à disposition.  
Toutefois les choses semblent aller en s'améliorant. A contre-courant de nombreux pays, comme la Grande Bretagne ou la Grèce, dont la qualité de l'emploi s'est détériorée durant la crise économique celle des Polonais s'améliore, davantage que dans la majorité des autres pays. De 2007 à 2013, le niveau moyen du revenu du Polonais a augmenté de 10 % et sa qualité  a augmenté de 12 %, entre 2007 et 2013, et ce, tout en parvenant au niveau national à réduire les inégalités de revenus. La qualité de l'environnement de travail s'est également améliorée alors que la majorité des pays analysés affichent un recul en la matière.

Si les Polonais sont encore nombreux à partir travailler à l'étranger, c'est en grande partie en raison de la qualité de l'emploi. Le site d'information fr.euronews.com publiait en 2015 les résultats d'une enquête réalisée par la société Milbrown commanditée par la société Work Service intitulée "Migration économique des Polonais en 2015". On y apprenait qu'un cinquième des actifs polonais, en majorité des jeunes, étaient prêts à partir travailler à l'étranger, essentiellement pour obtenir un meilleur salaire. Un confort de vie plus élevé et de meilleures conditions d'exercice professionnel figuraient également parmi les motifs à l’émigration.

La rétention de sa main d'œuvre, dont la qualité attire pas mal d'investisseurs étrangers, est donc un enjeu majeur pour la Pologne qui a connu des exodes de travailleurs importants à la suite de l'adhésion à l'Union européenne. Pour y arriver, le pays devra offrir de meilleures conditions d'emplois à ses actifs. Cela risque-t-il de menacer la quantité d'emplois? Rien n'est moins sûr si on en croit l'OCDE qui montre dans son rapport une corrélation entre la qualité de l'emploi et la quantité (exprimée en taux d'emploi). Ainsi, les pays qui connaissent un taux d'emploi élevé, comme l'Allemagne, afficheraient également une meilleure qualité d'emploi. C'est également vrai dans la situation inverse, comme en Grèce, où à faible qualité d'emploi correspond une faible quantité.

Améliorer la qualité tout en maintenant un volume d'emplois important semble donc possible et économiquement souhaitable. En effet, cela permettrait de stimuler la consommation des ménages, un des piliers de la croissance polonaise. Il s'agit certes d'un vaste chantier qui n'est pas sans péril dans un contexte de concurrence internationale accrue. Mais une grande partie des Polonais, souvent qualifiés et bosseurs, aspirent à un meilleur niveau de vie. Et à la lecture des chiffres de l'OCDE, une réelle marge de progression existe en Pologne!


Qu'est-ce qu'un emploi de bonne qualité selon l'OCDE (en anglais)?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires vous permettent d'exprimer votre point de vue ou des remarques sur l'actualité traitée dans l'article. Pour toute autre motivation contacter l'auteur via les coordonnées renseignées sur le site. Insultes, diffamation, incitation à la haine ou à la violence, et propos "hors la loi" ne sont évidemment pas les bienvenus.